Faire sauter le bouchon

La première chose qui frappe (après la température et l’humidité) à Bangkok, c’est la circulation. Ceux qui ont connu Jakarta prétendent que là bas c’est pire ! Or, comme je ne connais pas Jakarta, pour moi, ici c’est terrible. Un week-end, nous sommes sorti avec les collègues de Stéphanie… à 3 heures du matin, en rentrant, nous avons été pris dans un bouchon !
La circulation à Bangkok est quasi constante et les bouchons permanents. Cela rend tout déplacement en voiture aléatoire. Il existe bien des taxis-scooters, mais nous n’avons pas encore osé. Peut-être que ça viendra. A ce propos, c’est drôle de voir les Thaïlandaises, assises en amazone à l’arrière de ces scooters et occupées à se maquiller ou à chatter sur We-chat ou Line (WhatsApp est peu utilisé) comme si elles étaient assises à la table d’un bistro.
Le meilleur moyen de ce rendre dans les endroits « où il se passe quelque-chose » est donc de prendre le BTS (le train qui circule au dessus de certaines grandes artères) ou le métro. Mais si l’on doit se rendre à un endroit moins prisé (par exemple dans le quartier où se trouve l’école de Léa, le seul moyen est le taxi (commandé sur Grab) et l’ont goûte ainsi aux bouchons. D’ailleurs, ce week-end, nous avons profité d’un vendredi de congé pour aller au bord de la mer à 2h30 de Bangkok, nous sommes dimanche, j’écris depuis le taxi… et nous sommes encolonnés au milieu des camions, pick-ups et autres véhicules! Pourtant, nous sommes partis à 11:00 de l’hôtel.

Vu d’en haut, on dirait des Dinky-Toys (Vu du 25e étage sur Sathorn Road)

Silom Road, une des principales artères proche de chez nous. Il y du monde devant, à côté et au dessus!

Le BTS (Sky Train) au dessus de Silom road. Très efficace, une rame chaque 3 minutes, alors qu’en dessous, c’est le blocage habituel et quasi constant.

Toutes les photos liées au thème